themliapproach

Bulletin d'ILM: 10 août 2011

August 9, 2011

Les fonctionnaires de l’USAID s’expriment : le soutien de la planification familiale est vital pour le développement

Le financement de la planification familiale continue à essuyer des critiques provenant du Congrès américain. Dans un projet de loi émanant de la Commission des finances de la Chambre des représentants (chargée d’examiner les dépenses) publié le mois dernier, les fonds destinés à la planification familiale dans le cadre du Global Health and Child Survival Account [Compte pour la santé mondiale et la survie de l’enfant] ont été réduits à 461millions de $, ce qui représente une diminution par rapport aux 525millions de $ autorisés en 2011. Les rédacteurs du blog de l’ILM, ont réussi à interviewer deux hautes fonctionnaires de la santé de la reproduction à l’USAID (Agence américaine pour le développement international)  — Ellen H. Starbird, directrice adjointe de l’Office de la population et de la santé de la reproduction et Judy M. Manning, agent pour le développement de la santé dans la division Recherche, technologie et utilisation — afin de parler des raisons pour lesquelles le soutien de la planification familiale est important pour les pays en développement. « La planification familiale est un moyen vraiment puissant d’ouvrir de nombreuses portes et de permettre la réalisation de beaucoup d’autres formes de développement », a expliqué Ellen Starbird.

Le soutien de la planification familiale peut aider à renforcer les dispositifs de santé des pays, et selon Starbird, « Cette démarche entre tout à fait dans le cadre du mouvement de prise en charge par les pays… elle permet à la personne moyenne de recevoir plus d’informations du secteur de la santé au quotidien et d’avoir plus d’interactions avec ce secteur. Elle peut aussi aider à légitimer les services du gouvernement… Elle est en mesure de montrer clairement que le système de santé ne se limite pas à un site de prestation fixe ». Manning a précisé qu’en plus de soutenir les projets de planification familiale sur le terrain, l’USAID soutient également les innovations scientifiques : « Beaucoup de nos ressources visent à combler le vide entre les produits injectables tous les trois mois et les implants qui durent cinq ans. Beaucoup de femmes nous disent qu’elles aimeraient vraiment une méthode efficace pour un an ». Et il est essentiel de répondre à ces besoins, comme nous l’a rappelé Starbird en citant Scott Radloff, directeur l’Office de la population et de la santé de la reproduction de l’USAID, qui a dit : « Ce qui est bon pour les femmes est bon pour le monde. »

Le Népal lance une bibliothèque numérique et organise un dialogue sur la santé sexuelle et reproductive des adolescents

Le Ministère de la Santé et de la Population (MSP) du Népal a lancé une bibliothèque numérique contenant un catalogue consultable de plus de 2 983 copies de documents, notamment des documents de politique importants et des lois sur la santé ratifiées par le gouvernement. Cela fait 18 mois que le Népal travaille à la création de cette bibliothèque et HealthNet Népal, avec le soutien de l’ILM, a conçu, et héberge maintenant, le site web de cette bibliothèque électronique. Les efforts du ministère pour créer la bibliothèque numérique, dirigés par le Dr. Baburam Marasini, chef de la Cellule de réforme du secteur santé, ont résulté en cette collection importante de documents historiques et contemporains consacrés à la santé qui fournit des informations facilement accessibles aux décideurs politiques, aux partenaires donateurs et au grand public. Il est prévu que la bibliothèque numérique diffusera de nouvelles connaissances, encouragera l’étude et établira un consensus national sur les options de politiques du secteur de la santé pour l’expansion des services de santé.

Également à la fin du mois de juillet, l’ILM a soutenu un dialogue sur les politiques nationales concernant des services de santé adaptés aux adolescents, particulièrement dans le contexte de la santé sexuelle et reproductive et du VIH à Katmandou, Népal. L’atelier a attiré non seulement des décideurs politiques mais aussi les adolescents affectés par les décisions de l’ASRH, notamment ceux qui ont été identifiés comme vulnérables et sont exposés à ces dangers. L’atelier a été animé de manière à permettre aux adolescents d’exprimer librement leurs opinions et leurs besoins en matières de services de santé et d’assistance socio-psychologique susceptibles d’être adaptés aux jeunes de leur âge. Il y avait également au programme des présentations de spécialistes venus partager l’expérience des services de santé adaptés aux adolescents dans d’autres pays, ainsi que des séances plénières interactives, des présentations, du travail en équipes et des jeux de rôles. Vous pouvez trouver davantage d’informations, ainsi qu’une galerie de photos prises lors de ce dialogue, sur le site web de l’ILM.

Les innovateurs se réunissent à Washington pour « Sauver des vies à la naissance »

Dans un effort d’amélioration de la survie des mères et des nouveaux-nés dans les régions rurales à faibles ressources l’USAID et ses partenaires, y compris la Bill and Melinda Gates Foundation,ont invité 77 innovateurs à Washington, D.C. afin qu’ils puissent entrer en lice pour gagner des subventions de démarrage lors de Saving Lives at Birth: A Grand Challenge for Development [Sauver des vies à la naissance : un défi ambitieux pour le développement]. La veille de l’annonce des gagnants des subventions, ces innovateurs ont présenté leurs projets inventifs dans des stands érigés dans le Ronald Reagan Building et ils ont soigneusement expliqué l’impact que leurs innovations pourraient avoir sur les taux de mortalité maternelle et infantile dans les pays en développement. Beaucoup des projets présentés, y compris ceux du Mali et du Népal, deux des pays soutenus par l’ILM, ont été réalisés en partenariat avec le Ministère de la Santé des pays respectifs ou par le biais de ceux-ci. Les rédacteurs du blog de l’ILM, Leading Global Health, ont pu leur demander pourquoi le travail avec les ministères avait été un élément important de leur projet. Yacouba Koné de la Fondation Aga Khan, a déclaré que son projet, Portables 3M pour la santé maternelle au Mali, travaille avec le Ministère de la Santé du Mali afin de planifier l’expansion et la poursuite de ce projet à travers la politique du ministère intitulée Soins de santé essentiels au niveau communautaire. « Notre présence est de courte durée, alors que le gouvernement est là pour toujours », a expliqué Koné. La facilitation du projet par voie ministérielle permettra également de faire usage des ressources et de la volonté politique du gouvernement pour alimenter le projet.

De telles innovations ont le potentiel d’améliorer la santé, étant donné que l’accès aux services augmente au Mali. Au cours de l’année dernière, le Ministère de la Santé du Mali, avec le soutien de l’ILM, s’est efforcé de diminuer les barrières financières faisant obstacle aux soins par le biais de l’expansion des assurances mutuelles et des initiatives de gratuité des soins pour certains services tels que les césariennes. Avec ce meilleur accès, les pays en développement peuvent tirer pleinement parti de la technologie et des innovations qui ont été présentées lors de la compétition « Sauver des vies à la naissance ».

Connect with Us

Twitter

Facebook

Contact Us

Please direct all inquiries to info@ministerial-leadership.org